Catégories
Informations Législations

Lancement du numéro vert « Sexualités, Contraception, IVG » — 0800 08 11 11

Com­mu­ni­qué de presse du Plan­ning Fami­lial (MFPF) du 28 sep­tembre

« Sexua­li­tés, Contra­cep­tion, IVG », c’est le nom du nou­veau numé­ro vert natio­nal por­té par le Plan­ning Fami­lial

Le Plan­ning Fami­lial se féli­cite du lan­ce­ment du numé­ro vert « Sexua­li­tés, Contra­cep­tion, IVG » aujourd’hui, jour­née inter­na­tio­nale de lutte pour la dépé­na­li­sa­tion de l’avortement. Ce numé­ro natio­nal unique, ano­nyme et gra­tuit, est dédié aux ques­tions rela­tives à la sexua­li­té, à la contra­cep­tion et à l’interruption volon­taire de gros­sesse (IVG). Il s’a­git d’un outil indis­pen­sable pour réduire les inéga­li­tés et les dif­fi­cul­tés d’accès à l’information, et per­mettre ain­si le plein exer­cice  de ses droits.

Ce nou­veau dis­po­si­tif est finan­cé par le Minis­tère des Affaires Sociales, de la San­té et des Droits des Femmes, qui marque ain­si sa volon­té de faire avan­cer le droit de choi­sir. Il est por­té par Le Plan­ning Fami­lial, qui s’ap­puie sur son réseau de pla­te­formes régio­nales finan­cées par les ARS et/ou col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, pour garan­tir un bon maillage ter­ri­to­rial et un ser­vice de proxi­mi­té, au plus près des réa­li­tés locales des appelant.es. En arti­cu­la­tion avec SIS asso­cia­tion, l’ac­cueil télé­pho­nique sera assu­ré le lun­di de 9h a 22h et du mar­di au same­di de 9h à 20h par des écoutants.es formés.es par Le Plan­ning Fami­lial sur les ques­tions de droits et de san­té sexuelle.

La mise en place d’un numé­ro unique répond à une reven­di­ca­tion de longue date du Plan­ning Fami­lial : l’accès égal de toutes et tous à une infor­ma­tion claire, exacte et sans juge­ment sur les ques­tions liées à la sexua­li­té. L’IVG est incluse dans les com­pé­tences de ce numé­ro vert : il s’a­git d’un signal fort qui fait de l’avortement un évé­ne­ment de la vie sexuelle des femmes au même titre que la contra­cep­tion, la gros­sesse, ou la pré­ven­tion des infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles. Cela contri­bue à lever le tabou sur l’IVG et par­ti­cipe à sa  déstig­ma­ti­sa­tion. C’est la meilleure réponse aux stra­té­gies des opposants.es qui dif­fusent leurs mes­sages men­son­gers et culpa­bi­li­sants sur leurs sites inter­net et autres dis­po­si­tifs de com­mu­ni­ca­tion.
Seule l’implication dans la durée de tous les par­te­naires concer­nés par sa mise en œuvre tant au niveau local, régio­nal que natio­nal, garan­ti­ra le suc­cès et l’ef­fi­ca­ci­té de ce dis­po­si­tif.
Le Plan­ning sera au ren­dez-vous, pour que le droit de chaque femme à dis­po­ser de son corps soit effec­tif dans la réa­li­té, et qu’aucune femme en France n’ait encore à se sen­tir cou­pable ou à se jus­ti­fier.

Catégories
Attaques contre le droit à l'IVG Législations

Presque on croirait avoir un gouvernement de gauche

Non, je plai­sante.

Quoi qu’il en soit, hier l’as­sem­blée natio­nale a voté l’a­men­de­ment (à la loi sur l’é­ga­li­té hommes-femmes) qui sup­prime le besoin pour une femme d’être en détresse pour avoir le droit d’a­vor­ter. La nou­velle rédac­tion dit qu’il suf­fit qu’une femme ne veuille pas d’une gros­sesse pour qu’elle ait ce droit. C’est un pas vers ce que ce blog reven­dique, un droit incon­di­tion­nel à l’IVG, sans que qui­conque ne juge des moti­va­tions des femmes concer­nées.

En l’é­cri­vant, je réa­lise com­bien ce que j’é­cris est incroyable : des gens (des hommes en large majo­ri­té) décide de ce que chaque femme a le droit ou pas de faire d’une gros­sesse débu­tante. Ils pour­raient, tout aus­si bien que le gou­ver­ne­ment espa­gnol, reti­rer ce droit.

Cette même assem­blée a reje­té l’a­men­de­ment d’une quin­zaine d’UM­Pistes encore plus réacs que les autres, amen­de­ment qui pro­po­sait de dérem­bour­ser l’IVG puis­qu’elle ne cor­res­pond plus à une situa­tion de détresse.

On attend un peu pour ouvrir le cham­pagne. La loi doit encore pas­ser devant le Sénat puis reve­nir à l’As­sem­blée.