Catégories
De l'autre côté de la canule

J’y vais, j’ai les adresses — Un site pour faciliter l’IVG en Ile de France

Pour faci­li­ter le par­cours des femmes qui sou­haitent recou­rir à une IVG, REVHO (Réseau Entre la Ville et l’Hô­pi­tal pour l’Or­tho­gé­nie), sou­te­nu par l’A­gence Régio­nale de San­té Ile-de-France, met à dis­po­si­tion du grand public un site inter­net lan­cé aujourd’­hui 7 mars 2013.

Créé en 2004 par des méde­cins, REVHO est une asso­cia­tion loi 1901 dont l’ob­jec­tif est de faci­li­ter l’ac­cès à l’IVG en Ile-de-France. Les pro­fes­sion­nels du réseau font le constat, dans leur tra­vail de ter­rain auprès des femmes qui sou­haitent avor­ter d’une réelle dif­fi­cul­té à obte­nir adresses et numé­ros de télé­phone des struc­tures pra­ti­quant des IVG. Par ailleurs, l’in­for­ma­tion sur l’IVG via inter­net — source pri­vi­lé­giée des patientes — est court-cir­cui­tée par les sites anti-IVG à réfé­ren­ce­ment payant, dont les dis­cours masquent une lutte contre l’a­vor­te­ment, sou­vent invi­sible aux yeux non aver­tis.

J’y vais, j’ai les adresses !  per­met­tra aux fran­ci­liennes de trou­ver en 3 clics les infor­ma­tions sur les lieux, les struc­tures, les méthodes pour avor­ter selon leur choix.

Catégories
De l'autre côté de la canule

Enquête sur la satisfaction des femmes dans la prise en charge de la douleur dans l’IVG médicamenteuse

Une interne en der­nière année de méde­cine géné­rale à Paris 5 Des­cartes pré­pare sa thèse sur l’é­va­lua­tion de la satis­fac­tion des femmes dans la prise en charge de la dou­leur dans l’IVG médi­ca­men­teuse réa­li­sée en ville en Ile de France.

Elle nous demande d’in­sé­rer ceci :

Un tra­vail de thèse est actuel­le­ment réa­li­sé pour éva­luer votre satis­fac­tion concer­nant la prise en charge de la dou­leur dans l’IVG médi­ca­men­teuse, en Île-de-France.

Cette enquête a pour objec­tif de déter­mi­ner si une amé­lio­ra­tion de la prise en charge est néces­saire.

Vous êtes invi­tées à répondre à un ques­tion­naire ano­nyme en ligne (moins de cinq minutes seront néces­saires) via ce lien
http://sandracavet.wix.com/these-douleuretivg

Les infor­ma­tions que vous com­mu­ni­que­rez sont tout à fait confi­den­tielles, aucune infor­ma­tion concer­nant votre iden­ti­té ou celle du méde­cin n’est deman­dée. Vous ne serez pas recon­tac­tée.

Mer­ci de votre par­ti­ci­pa­tion.

Catégories
De l'autre côté de la canule

L’accueil collectif au planning familial : complicité, solidarité et analyse politique.

Au plan­ning fami­lial de Poi­tiers, les femmes qui arrivent ne sont pas reçues indi­vi­duel­le­ment : ici, on pra­tique « l’ac­cueil col­lec­tif », c’est à dire que les mili­tantes accueillent toutes les femmes dans une même pièce, en même temps. On ne parle pas de sa situa­tion dans l’entre-soi d’un rap­port médecin/patient. On parle toutes ensemble, on « crée du col­lec­tif », on « dédra­ma­tise » et on tente une ana­lyse poli­tique et fémi­niste des situa­tions qui nous sont com­munes », comme nous l’ex­plique Fran­çoise, l’une des mili­tantes.

La pièce qui sert à accueillir le public, au local du plan­ning fami­lial de Poi­tiers.

L’en­droit est accueillant : des affiches colo­rées aux murs, une biblio­thèque dans un coin, et au centre, des tables basses entou­rées de sièges sur les­quels s’ins­tallent mili­tantes et femmes venues à la per­ma­nence du plan­ning, ouverte tous les lun­dis soirs, à par­tir de 18 heures.

Ici, on ne trouve pas de sala­riées, ni de méde­cins ou d’as­sis­tantes sociales. Ce sont des mili­tantes fémi­nistes béné­voles qui reçoivent des femmes (sur­tout), des hommes, des couples, venus pour des ques­tions à pro­pos de contra­cep­tion, d’IVG, de vio­lences conju­gales…

Com­ment ces mili­tantes accueillent-elles des femmes ? Pour­quoi avoir fait le choix de l’ac­cueil col­lec­tif ? Et com­ment les femmes acceptent-elles de par­ler toutes ensemble de leur situa­tion ? Com­ment les mili­tantes accueillent-elles les femmes dési­rant avor­ter ? Les filles des 343 vous pro­posent un entre­tien avec cinq des quinze mili­tantes du plan­ning fami­lial de Poi­tiers.

  • Sabine, 29 ans, mili­tante au plan­ning fami­lial depuis 2008.
  • Claire, bien­tôt trente ans, mili­tante depuis 2007 au sein de l’as­so­cia­tion ;
  • Liliane, 51 ans, qui milite quant à elle depuis onze ans ;
  • Fan­ny, 62 ans, mili­tante depuis envi­ron sept ans ;
  • Fran­çoise, 67 ans, mili­tante au plan­ning fami­lial de Poi­tiers depuis 32 ans.
Catégories
De l'autre côté de la canule

« l’IVG est une solution et on ne prévient pas les solutions, on les utilise. »

Les filles des 343 vous pro­posent un entre­tien avec Sophie Gau­du, gyné­co­logue-obs­té­tri­cienne, res­pon­sable d’une uni­té d’IVG et de pla­ni­fi­ca­tion fami­liale dans un hôpi­tal public.

« c’est très gratifiant de participer à l’indépendance des femmes. D’être le professionel qui leur permet de réaliser leur choix. »

Les Filles des 343 : Pou­vez-vous, en quelques mots, vous pré­sen­ter et nous expli­quer les acti­vi­tés que vous exer­cez ?

Sophie GAUDU : Je suis gyné­co­logue-obs­té­tri­cienne, res­pon­sable d’une uni­té d’IVG et de pla­ni­fi­ca­tion fami­liale dans un hôpi­tal public depuis 10 ans. En 2010, notre équipe a réa­li­sé 2200 IVG.

Les Filles des 343 : Pour­quoi avoir choi­si cette spé­cia­li­té, et spé­ci­fi­que­ment la pra­tique de l’IVG (Inter­rup­tion Volon­taire de Gros­sesse) ?

Sophie GAUDU : J’ai choi­si la gyné­co­lo­gie-obs­té­trique, c’est-à-dire le sui­vi des gros­sesses et la pra­tique des accou­che­ments. J’ai com­men­cé mes études de méde­cine en 1975. La loi Veil venait d’être votée et c’était une vrai avan­cée pour les femmes. Quand j’ai choi­si l’obstétrique, faire des IVG était une évi­dence pour moi, j’en ai tou­jours fait. La res­pon­sa­bi­li­té d’une uni­té d’IVG m’a été pro­po­sée en 2000. Depuis cette date  j’ai exer­cé pour moi­tié soi­gnant les patientes qui pour­suivent leur gros­sesse pour moi­tié en soi­gnant les patientes qui inter­rompent leur gros­sesse. Mon tra­vail est d’assurer la san­té des femmes dans le res­pect de leurs choix.


Les Filles des 343 : Dans les médias, nous enten­dons sou­vent dire que l’IVG n’est pas un acte gra­ti­fiant pour le pra­ti­cien-ne, et pas seule­ment en termes finan­ciers. Nous avons pour­tant ren­con­tré des méde­cins qui expri­maient un sen­ti­ment contraire : pour elles/eux, pra­ti­quer des IVG est un acte gra­ti­fiant, elles/ils ont le sen­ti­ment d’ai­der des femmes à faire un choix capi­tal. Et vous, com­ment vous situez-vous ?

Sophie GAUDU : L’IVG est un acte médi­cal tech­ni­que­ment simple. En ce sens cela peut sem­bler peu gra­ti­fiant. On ne réa­lise pas une prouesse tech­nique. Mais effec­ti­ve­ment c’est très gra­ti­fiant de par­ti­ci­per à l’indépendance des femmes. D’être le pro­fes­sion­nel qui leur per­met de réa­li­ser leur choix.

Les Filles des 343 : Cer­taines idées fausses cir­culent autour de l’IVG. Il nous semble impor­tant de ras­su­rer les femmes à ce pro­pos. En tant que pra­ti­cienne, pou­vez-vous répondre à ces deux affir­ma­tions, qui cir­culent beau­coup, sur Inter­net notam­ment…

l’IVG serait dan­ge­reux pour la san­té des femmes/l’IVG est un acte chi­rur­gi­cal lourd :

Sophie GAUDU : C’est une contre-véri­té. Si on consi­dère les com­pli­ca­tions médi­cales, il y a une gra­dua­tion : le moins dan­ge­reux est de ne pas ris­quer une gros­sesse et donc d’utiliser une contra­cep­tion ; puis inter­rompre une gros­sesse est moins dan­ge­reux que de la pour­suivre. Du point de vue du geste chi­rur­gi­cal, ce n’est pas un geste lourd, c’est simple rapide et les com­pli­ca­tions sont extrê­me­ment rares.

L’IVG ren­drait les femmes sté­riles :

Sophie GAUDU : C’est aus­si une contre véri­té. Les avor­te­ments clan­des­tins dans les pays ou l’IVG n’est pas auto­ri­sée peuvent se com­pli­quer d’infections et donc de sté­ri­li­té. Mais quand l’IVG est médi­ca­li­sée, il n’y a pas de risque de sté­ri­li­té ulté­rieure. C’est un acte médi­cal très sûr. En France où une femme sur deux fait une IVG dans sa vie, nous avons éga­le­ment la nata­li­té la plus haute d’Europe. Et ce sont les même femmes.

« Je vois dans le discours dominant, relayé même par des gens favorables à l’IVG, « recours à l’IVG égal traumatisme psychologique définitif » un succès des mouvements anti-IVG. »

Les Filles des 343 : À pro­pos d’i­dées reçues… nous avons mis en place ce blog, « IVG, je vais bien, mer­ci », contre ce que nous pen­sons être une idée reçue sur l’a­vor­te­ment : l’IVG serait for­cé­ment trau­ma­ti­sante et dra­ma­tique pour les femmes. Nous pen­sons que cette des­crip­tion de l’a­vor­te­ment est cari­ca­tu­rale, défor­mée, et fausse pour une bonne par­tie des femmes. Vous qui êtes tous les jours au contact des femmes qui avortent, qu’en pen­sez-vous ?

Sophie GAUDU : Une étude récente parue dans le Lan­cet est venue confir­mer ce que la plu­part des pra­ti­ciens pen­saient. C’est l’état psy­cho­lo­gique de la patiente avant l’IVG qui déter­mine son état après l’IVG. Si une femme ne va pas bien avant l’IVG, elle n’ira pas bien après. Je vois dans le dis­cours domi­nant, relayé même par des gens favo­rables à l’IVG, « recours à l’IVG égal trau­ma­tisme psy­cho­lo­gique défi­ni­tif » un suc­cès des mou­ve­ments anti-IVG. C’est sans doute la pre­mière et la plus vio­lente des agres­sions aux­quelles vont être confron­tées les patientes dans leur par­cours. Pour la plu­part des femmes que je soigne, l’IVG est un évè­ne­ment fort, mais pas un drame. C’est une solu­tion à une gros­sesse mal­ve­nue qu’elles ont déci­dé de ne pas pour­suivre. Cer­taines cir­cons­tances sont plus dif­fi­ciles que d’autre (rup­tures, chan­ge­ment d’avis du par­te­naire, perte d’emploi, vio­lence conju­gale…). Mais c’est alors la glo­ba­li­té de la situa­tion qui fait souf­frir les femmes.

« l’IVG est une solution et on ne prévient pas les solutions, on les utilise. »

Les filles des 343 : Nous enten­dons sou­vent, à pro­pos de l’IVG, qu’il ne faut pas qu’il se « bana­lise », que ce n’est pas un acte « ano­din ». Que vous évoquent ces phrases, que vous avez cer­tai­ne­ment mille fois enten­dues ?

Sophie GAUDU : L’IVG est un acte médi­cal fré­quent. Une fran­çaise sur deux y aura recours dans sa vie. C’est donc banal, ano­din, non. Aucune patiente n’est contente de se retrou­ver à ma consul­ta­tion. Le dis­cours que vous décri­vez est un dis­cours culpa­bi­li­sa­teur, un dis­cours anti IVG qui avance mas­qué. Il y a aus­si « pré­ve­nir les IVG » que l’on entend par­tout. Cette for­mule est incroyable et très néga­tive. Lit­té­ra­le­ment cela sous entends que l’IVG est néfaste en soi, qu’il fau­drait la faire dis­pa­raitre. Un de nos objec­tifs est cer­tai­ne­ment la pré­ven­tion des gros­sesses non dési­rées, que les femmes aient le moins sou­vent pos­sible besoin d’une IVG. Mais quand elles sont confron­tées à une gros­sesse mal­ve­nue, l’IVG est une solu­tion et on ne pré­vient pas les solu­tions, on les uti­lise.

Les Filles des 343 : Nous rece­vons beau­coup de témoi­gnages de femmes nous décri­vant la vio­lence ver­bale ou l’ex­trême froi­deur des méde­cins les « accueillant » pour une IVG. Par ailleurs, beau­coup nous décrivent des situa­tions de dou­leurs phy­siques non sou­la­gées par le per­son­nel médi­cal. Que pen­sez-vous de tout cela ?

Sophie GAUDU : Je pense que l’on fait bien ce que l’on fait sou­vent, par choix et avec des moyens suf­fi­sants. Il faut donc main­te­nir des struc­tures dédiées avec du per­son­nel volon­taire et for­mé.

Les Filles des 343 : Pour conti­nuer sur la ques­tion des dou­leurs phy­siques, il nous semble, à tra­vers les témoi­gnages reçus, que l’IVG médi­ca­men­teuse est une tech­nique qui, actuel­le­ment, occa­sionne sou­vent de plus fortes dou­leurs phy­siques aux femmes que l’IVG chi­rur­gi­cale. Pour­quoi ? Com­ment évi­ter ces dou­leurs ?

Sophie GAUDU : Oui, avec l’IVG médi­ca­men­teuse il y a des contrac­tions uté­rines sou­vent dou­lou­reuses. C’est le pro­cé­dé même d’IVG qui pro­voque une expul­sion, alors que la méthode chi­rur­gi­cale est une aspi­ra­tion. Mais une pres­crip­tion de médi­ca­ments anti dou­leur doit être pré­vue. Il faut com­men­cer ces médi­ca­ments avant de prendre le miso­pros­tol (Gymi­so ou Cyto­tec), médi­ca­ment qui va pro­vo­quer les contrac­tions. Les dou­leurs aug­mentent avec l’âge de la gros­sesse. C’est entre autres à cause de ces dou­leurs que l’IVG médi­ca­men­teuse est décon­seillée après 9 semaines d’absence de règle (amé­nor­rhée).

« Je crains que les femmes ne s’orientent vers l’IVG médicamenteuse par défaut et non par choix. »

Les Filles des 343 : L’IVG médi­ca­men­teuse semble de plus en plus pri­vi­lé­giée en France… Vous co-pré­si­dez le REVHO (Réseau Entre la Ville et l’Hôpital pour l’Orthogénie), réseau qui per­met aux femmes d’avoir recours à une IVG médi­ca­men­teuse avec leur méde­cin de ville, c’est-à-dire d’a­vor­ter en dehors d’un éta­blis­se­ment de san­té.

Cette pos­si­bi­li­té est-elle un élé­ment de choix sup­plé­men­taire — et ne crai­gnez-vous pas qu’elle ne se sub­sti­tue, à terme, à l’IVG en éta­blis­se­ment de san­té ?

Pen­sez-vous que cette « nou­velle manière d’a­vor­ter » en ville est une avan­cée pour les femmes ?

Sophie GAUDU : Lorsque la loi de 2001 a auto­ri­sé l’IVG hors éta­blis­se­ment de san­té, j’y ai vu, avec un cer­tain nombre de mes col­lègues, un choix sup­plé­men­taire pour les femmes. C’est une méthode très sûre. Jusqu’à 7 sa et si c’est le choix de la patiente, avec un bon des­crip­tif de ce qui va se pas­ser et des médi­ca­ments contre la dou­leur, cela per­met de faire l’IVG dans son inti­mi­té, accom­pa­gnée de la per­sonne que l’on veut. Et nous avons crée le réseau REVHO pour aug­men­ter l’offre de soins et offrir cette pos­si­bi­li­té aux femmes. Mais 7 ans après les décrets d’application je suis inquiète car je constate, du moins en région pari­sienne, que les places pour les IVG chi­rur­gi­cales dimi­nuent chaque année. Les restruc­tu­ra­tions hos­pi­ta­lières aggravent le phé­no­mène. Je crains que les femmes ne s’orientent vers l’IVG médi­ca­men­teuse par défaut et non par choix. Cette méthode ne doit pas être impo­sée, elle ne convient pas à toutes les femmes même à des termes pré­coces.

Les Filles des 343 : L’hô­pi­tal est de plus en plus sou­mis à des ques­tions de ren­ta­bi­li­té finan­cière. N’y a‑t-il pas un risque, dans ce contexte, de voir les femmes orien­tées à tout prix vers l’IVG médi­ca­men­teuse, à la place de l’IVG chi­rur­gi­cale ? Nous pen­sons notam­ment au cas du CHU de Stras­bourg, où plus de 95% des IVG sont médi­ca­men­teuses… (Peut-on par­ler d’un choix des femmes avec un tel taux ?)

Sophie GAUDU : Je suis très oppo­sée à la méthode médi­ca­men­teuse après 9 semaines d’aménorrhée. C’est long, en moyenne 4 à 7 heures. C’est très dou­lou­reux, la haute auto­ri­té de san­té recom­mande qu’une péri­du­rale soit pos­sible à la demande. Dans 10% des cas il faut aspi­rer au bloc opé­ra­toire car l’expulsion n’est pas com­plète. La patiente expulse fœtus et pla­cen­ta comme un mini accou­che­ment. Je n’y vois que souf­france phy­sique et, alors là oui, psy­cho­lo­gique pour les femmes. Alors qu’une aspi­ra­tion chi­rur­gi­cale sous anes­thé­sie locale ou géné­rale dure moins dix minutes même à 14 semaines d’aménorrhée et c’est infi­ni­ment moins dou­lou­reux. Mais on peut se pas­ser de méde­cins for­més, de blocs opé­ra­toires. C’est cer­tai­ne­ment moins cou­teux. Le pro­ces­sus est sur­veillé par des sages-femmes ou des infir­mières ; des his­toires de femmes en quelque sorte.

« je trouve que globalement [les femmes] gèrent rudement bien leur contraception »

Les Filles des 343 : À tra­vers les témoi­gnages reçus sur le blog, nous avons le sen­ti­ment que les femmes se sentent sou­vent cou­pables de ne pas avoir su évi­ter une gros­sesse, qu’elles ont un peu honte d’a­voir « mal géré leur contra­cep­tion ». Qu’en pen­sez-vous ? Que leur diriez-vous ?

Sophie GAUDU : Je leur dirai qu’aucune méthode de contra­cep­tion n’est effi­cace à 100%. ; qu’elles n’avaient peut être pas trou­vé la méthode qui leur conve­nait ; que c’est com­plexe le désir et le non désir d’enfant. Les fran­çaises font en moyenne 2 enfants et 0,4 IVG. Cela fait 2,4 concep­tions, tou­jours en moyenne, pour toute une vie de par­tie de jambes en l’air. Alors, je trouve que glo­ba­le­ment elles gèrent rude­ment bien leur contra­cep­tion.

Les Filles des 343 : Vous sou­ve­nez-vous d’une his­toire, d’une ren­contre avec une ou plu­sieurs femmes dési­rant avor­ter, qui vous a mar­qué et que vous vou­driez nous faire par­ta­ger ?

Sophie GAUDU : Il y en a plein des ren­contres mar­quantes dans ces consul­ta­tions là. Je disais plus haut que le geste est tech­ni­que­ment simple. Mais le ser­vice ren­du est impor­tant et c’est très satis­fai­sant.

Les Filles des 343 : Vou­driez-vous ajou­ter quelque chose ?

Sophie GAUDU : mer­ci à votre blog. L’IVG est un droit fra­gile. Je ne pense pas qu’il sera remis en cause par le légis­la­teur. Les nou­velles atteintes à l’IVG sont la pen­sée unique sur le trau­ma­tisme post abor­tif, les fer­me­tures et les réduc­tions de moyens pour les centres d ‘IVG et de pla­ni­fi­ca­tion, et le tout médi­ca­men­teux.

Catégories
De l'autre côté de la canule

Ma place de professionnelle est — toujours — aux côtés des femmes

L’au­teure du blog  Dix lunes - Mater­ni­tés, pater­ni­tés, his­toires de vie. Petits récits et autres brèves de sage-femme nous a envoyé le texte sui­vant et nous l’en remer­cions.

Un regrou­pe­ment se pré­sen­tant comme un col­lec­tif de sages-femmes ‑j’en tai­rai le nom pour évi­ter de leur faire de la publi­ci­té — réagit et s’oppose chaque fois que la pos­si­bi­li­té pour les sages-femmes de réa­li­ser une IVG médi­ca­men­teuse est abor­dée. Un nou­vel amen­de­ment nous don­nant cette pos­si­bi­li­té devrait être exa­mi­né la semaine pro­chaine. Sous cou­vert de défendre les condi­tions de nais­sance, ce col­lec­tif dénonce le recours à l’a­vor­te­ment ; comme si l’un s’op­po­sait à l’autre, comme si accou­che­ment et IVG n’é­taient pas les deux faces d’une seule his­toire, celle des femmes.

Dans l’attente de la recon­nais­sance de cette com­pé­tence, j’ac­com­pagne déjà des femmes et des couples qui se posent la ques­tion de pour­suivre ou non une gros­sesse.
Contrai­re­ment à ce qu’affirment les anti IVG, il n’y a aucune fra­gi­li­té, aucune ambigüi­té dans ma posi­tion. Si l’on s’a­dresse à une sage-femme, c’est jus­te­ment parce que l’on sait pou­voir trou­ver auprès d’elle atten­tion et res­pect ; il ne s’a­git pas de juger mais d’of­frir notre écoute pour aider la déci­sion à émer­ger, quelle qu’elle soit.

La loi Veil a été votée un an avant le début de mes études. Grâce à ce vote, je n’ai pas eu à connaitre les femmes décé­dant d’hé­mor­ra­gie ou de sep­ti­cé­mie après un avor­te­ment clan­des­tin.
Pour­tant, ce droit à l’IVG est mena­cé. Cer­tains centres sont fer­més, les vaca­tions, sous-payées, sont pour la plu­part assu­rées par des méde­cins mili­tants de la pre­mière heure et donc proches de la retraite. La relève tarde à venir.

Aus­si, comme citoyenne, je reven­dique le droit des femmes à dis­po­ser de leur corps et veux bien m’en­ga­ger plus encore pour garan­tir ce droit.
Comme mili­tante de la nais­sance res­pec­tée, je dénonce l’a­mal­game entre défense de la phy­sio­lo­gie et oppo­si­tion à l’a­vor­te­ment.
Et comme sage-femme, je m’in­digne de ces asser­tions qui vou­draient nous faire croire que l’his­toire des femmes peut se mor­ce­ler, que nous devons être près d’elles quand elles accouchent mais nous en éloi­gner quand elles avortent.
Ma place de pro­fes­sion­nelle est — tou­jours — à leurs cotés.

Catégories
De l'autre côté de la canule

De l’autre côté de la canule

La canule, c’est le petit tube plas­tique qui est intro­duit dans l’u­té­rus lors d’une IVG par aspi­ra­tion.

Les témoi­gnages de femmes qui ont avor­té et qui vont bien conti­nuent à arri­ver.  Si beau­coup de ces  témoi­gnages nous disent l’in­dif­fé­rence ou la cruau­té de cer­tain-es soi­gnant-es, de l’autre côté de la canule, il y a aus­si des per­sonnes qui ont envie de par­ta­ger leurs pra­tiques et leurs réflexions.

Sean écrit ain­si :

J’ai avor­té, et je vais bien, mer­ci. Sauf que j’étais de l’autre côté de la can­ule, et que j’y retourn­erai bien­tôt.

Ce qui veut dire : je n’ai pas avor­té moi-même, mais j’ai avor­té d’autres femmes. Et je vais bien, mer­ci. Pas de cau­che­mars, pas de cul­pa­bil­ité.
Seule­ment la ques­tion à chaque fois que je rece­vais une femme en con­sul­ta­tion ou pour l’écho : est-ce que je me com­porte bien ? Y at’il une seule bonne façon de se com­porter quand on est le méde­cin qui reçoit une femme qui veut avor­ter ? Com­ment faire pour la lais­ser choi­sir de voir la gros­sesse sur l’écho si elle le veut, com­ment faire pour ne pas min­imiser ses dou­leurs, com­ment savoir si elle souf­fre morale­ment ?
Cet acte est banal pour moi. Parce que j’y ai réflé­chi avant de déci­der de pra­ti­quer des «IVG» (c’est plus beau qu’avortement, non ? c’est moins con­noté, y a moins d’affect, c’est plus tech­nique…). La déci­sion a été rapide : pour­quoi obli­ger une femme à avoir un enfant, avec tout ce que cela implique, alors qu’on a les moyens de lui per­me­t­tre de choi­sir si elle en veut vrai­ment un, et quand elle le veut. Il est banal égale­ment parce que c’est un petit acte chirur­gi­cal (ou médi­cal) que les gyné­cos réa­lisent régulière­ment, que ce soit pour des avorte­ments, ou pour des fausses couches (qui sont, en fait, égale­ment des avorte­ments, mais non choi­sis). Et d’un point de vue médi­cal, c’est un acte majori­taire­ment bénin : très peu de com­pli­ca­tions.
S’il est banal pour moi, il ne l’est pas for­cé­ment pour d’autres femmes. Notam­ment parce que ce n’est pas moi qui prends la déci­sion, je n’apporte que le sup­port tech­nique. Notam­ment parce que je ne subis pas la pres­sion sociale, ou la «pro­phé­tie». Notam­ment parce qu’elles ne le pra­tiquent pas tous les jours (vu le temps que ça prend, tant mieux).
Et donc, dans ma pra­tique quo­ti­di­enne, je jon­gle sou­vent entre dif­férents com­porte­ments, parce que j’aimerais bien ne pas aggraver/générer la souf­france (c’est à dire la dou­leur morale) d’une femme, mais ne pas non plus bana­li­ser la démarche si la femme qui est en face de moi souf­fre. C’est dur de ne pas avoir un dis­cours unique, mais ce blog «je vais bien mer­ci» va beau­coup m’aider, sûre.

Sinon, quand j’étais bébé-doc­to­resse, j’y ai eu droit, à toutes ces remar­ques bien nulles (et de la part du per­son­nel médi­cal, hein) : «avec tous les moyens de con­tra­cep­tion qu’on a, tom­ber enceinte, faut l’faire» ou «faut pas non plus que ça devi­enne une con­tra­cep­tion» (bon tech­nique­ment, ça ne sera jamais une contra-cep­tion, puisque ça vient après la con-cep­tion, juste­ment), «ah bah voi­là qu’elle chiale main­tenant, fal­lait y pen­ser avant d’avorter !» ou d’autres trucs aus­si géni­aux (!) les uns que les autres.

Mais par­ler de l’avortement, ne pas le cacher, ne pas en faire un truc hon­teux, ça aide­ra à chan­ger des choses. Bra­vo à celles qui le font, et sou­tien à celles qui n’osent pas du fait des réac­tions des gens en face.