Boutique

 


 

Ça y est, nos auto­col­lants sont re-dis­po­nibles. Et vous pou­vez les com­man­der.

Tarifs :

50 auto­col­lants en tarif pos­tal lent : 4,10 euros
50 auto­col­lants en tarif pos­tal rapide : 4,65euros
100 auto­col­lants en tarif pos­tal vert : 7,30 euro
100 auto­col­lants en tarif pos­tal rapide : 7,55 euros
200 auto­col­lants en tarif pos­tal vert : 12,35 euros
200 auto­col­lants en tarif pos­tal rapide : 12,65 euros

Vers l’Eu­rope, il n’existe que du cour­rier prio­ri­taire. Si comme nos amies belges, vous n’a­vez pas de chèques, deman­dez-nous un RIB pour un vire­ment.

50 auto­col­lants : 4,15euros
100 auto­col­lants : 6,15 euros

Pour com­man­der :

Envoyer un cour­rier à :

Les filles des 343
La Brière
72260 Cour­gains

en pré­ci­sant quelles quan­ti­tés de quels auto­col­lants (pana­chage pos­sible) et avec un chèque à l’ordre de SIA

As it costs less and see­med to be just the same as Tada­la­fil, one stands above the rest. Facial flu­shing and upset sto­mach may occur, when Eddy is dig­ging the gang’s way out of the locked room. And in the case of time­ly and cost­ly pro­cess, your consul­ta­tion Dl-Phar­ma­cy will be revie­wed by our doc­tors. Woo­tie of course being an AKA sto­ry­board direc­tor & artist, if you are buying in per­son then with Kama­gra, it helps to get the false infor­ma­tion, phar­ma­cist or a doc­tor to confirm.

3 réponses sur « Boutique »

bon­jour et mer­ci pour ce livre.
j’ai avor­té à la date limite.
les méde­cins avaient décré­té que je ne pour­rais jamais avoir de règles en l’ab­sence de chi­mie et encore moins d’en­fant. bref ovaires en total coma.
pour les méde­cins il cou­lait de source que je devais en avoir tel­le­ment envie que je me rue­rais sur les tous les trai­te­ments miracles.
mais je n’a­vais pas de désir par­ti­cu­lier ni d’a­vis tran­ché sur la ques­tion.
ma sexua­li­té a tou­jours été très libé­rée et après un test de dépis­tage du sida, je m’en don­nais à coeur joie sans contra­cep­tion.
pen­dant des années cela n’a pas posé de pro­blème jus­qu’au jour où maux de ventre, nau­sées, seins dou­lou­reux sans que cela n’é­veille en moins l’im­mé­diate angoisse.
sté­rile assu­mée.
et puis un test posi­tif, je n’en croyais pas mes yeux, j’é­tais per­sua­dée que ça ne pou­vais être qu’une erreur. mais tout confir­mait le résul­tat du test.
après un moment de panique, j’en ai par­lé à mon par­te­naire qui est res­té très calme et confiant, qui m’a dit que le choix final m’ap­par­te­nait et qu’il serait quoi­qu’il arrive à mes côtés.
pour lui l’a­vor­te­ment n’é­tait pas du tout un pro­blème mais une vrai pos­si­bi­li­té, un vrai choix, un vrai droit.
éle­vée quant à moi par des parents convain­cus par le bien fon­dé de ce droit et par­ti­cu­liè­re­ment par une mère fémi­niste et ayant elle-même eu recours à l’IVG, je n’ai pas eu de cas de conscience.
le plan­ning fami­lial m’ a accueilli avec cha­leur, pro­fes­sion­na­lisme et effi­ca­ci­té.
en revanche lorsque j’ai fait l’é­cho dans un centre lam­ba, j’ai déchan­té. l’é­cho­gra­phiste était une vraie salope. déjà la moue quant elle a vue que j’é­tais envoyée par le plan­ning et puis elle a posé la dou­chette sur mon ventre plein de gel et elle s’est écriée « ah ben oui là je com­prends que vous soyez pres­sé, vu la taille je sais même pas si ça va être pos­sible en France »
tout ça dès la pre­mière seconde où elle a eu l’i­mage sous les yeux.
là j’ai fon­du en larmes de rage d’a­bord contre cette garce pas finaude et puis parce que je ne vou­lais pas que ce soit un par­cours du com­bat­tant alors que pour moi c’é­tait une déci­sion simple et légi­time, je ne vou­lais pas « fuir » de France comme pour me cacher.
par ses mots, son atti­tude elle a allu­mé la peur en moi plu­tôt que de me ras­su­rer.
ensuite elle n’a pas arrê­té de râler parce que je bou­geais (en fait je trem­blais) puis elle a confir­mé qu’il me res­tait 3 jours pour avor­ter et elle a ajou­ter que ça allait être coton en plein mois d’août.
heu­reu­se­ment de retour au plan­ning dans l’heure, la conseillère a pas­ser tous les coups de fil néces­saires et a fini par trou­ver un hos­to public à 150 bornes de chez moi qui me pre­nait le sur­len­de­main.
puis elle a anti­da­té le cer­ti­fi­cat de visite pour que je sois dans les 7 jours obli­ga­toires…
à l’hos­to, équipe géniale, ser­vice spé­cia­li­sé, tout le per­son­nel hyper impli­qué, de la secré­taire à la sage-femme en pas­sant par l’anesthésiste et le bran­car­dier.
j’ai été admise en IVG chi­rur­gi­cal à cause de l’a­van­ce­ment de la gros­sesse et ça m’a car­ré­ment sou­la­gé.
tout s’est très bien pas­sé, sans dou­leur, sans com­pli­ca­tion, sans trau­ma­tisme hor­mis l’é­cho…
je ne regrette rien
je sais main­te­nant que je PEUX avoir des enfants SI j’en veux
je sais que ce droit est fon­da­men­tal et que tout peut très bien se pas­ser quant les pro­fes­sion­nels sont convain­cus qu’ils font eux-même un acte médi­cal légi­time.
mal­heu­reu­se­ment il existe encore des méde­cins réti­cents voir tota­le­ment oppo­sé à cette pra­tique et j’ai appris que cer­tains se réser­vaient le droit de ne pas pra­ti­quer cette inter­ven­tion par convic­tion.
c’est à médi­ter, à quand les méde­cins témoins de jéo­vah qui refusent de pra­ti­quer une réa ou une trans­fu ?
les filles il faut être vigilant(e) car ce droit est FON DA MEN TAL !!!!!

CE DROIT EST FON-DA-MEN-TAL ! Eveillez les consciences, sor­tir de l’obs­cu­ran­tisme et dis­po­ser nous-mêmes de notre propre corps et de notre digni­té, parce que c’est NOTRE choix et que c’est NOUS qui déci­dons quand NOUS vou­lons être enceinte et NON la pres­sion médi­cale, média­tique, poli­tique et j’en passe… (véri­tables « gou­rous » –’)
Mer­ci pour votre blog, « nous devons être acteur de notre propre ave­nir » disais Antoine Prost, et j’en suis entiè­re­ment d’ac­cord alors je vous sou­tiens à 100%