Catégories
Témoignages

Le gouvernement lance le site d’infos ivg.gouv.fr

Les oppo­sant-es au droit à l’a­vor­te­ment animent des sites et numé­ros verts de  dés­in­for­ma­tion sur l’IVG. Le but de ces sites est de culpa­bi­li­ser les femmes et de les dis­sua­der d’a­vor­ter. Ils sont les pre­miers dans les moteurs de recherche quand les femmes cherchent à se ren­sei­gner sur les démarches à entre­prendre.

Jen avait témoi­gné ici même, en nous et vous sol­li­ci­tant pour agir en vue d’ob­te­nir une infor­ma­tion fiable de la part du gou­ver­ne­ment :

Je vous écris car je vais avor­ter ce ven­dredi et cet après-midi ne me sen­tant pas très bien, j’ai appe­lé le soit disant « numé­ro vert » pour l’écoute des femmes sou­hai­tant faire un ivg. Il s’agit du numé­ro que l’on trouve sur le site (http://www.ivg.net/)

Or, après quelques minutes de dis­cus­sions, la femme que j’ai eu au bout du fil s’est avé­rée être une anti-ivg non ouver­te­ment annon­cée.

.….….

Cette femme, d’ivg.net est allée jusqu’à me dire qu’il fal­lait que je pense au « bébé », qu’il ne fal­lait pas que j’aille à mon ren­dez vous de ven­dredi matin, que je n’étais pas encore prête, que je devrais attendre, que j’étais forte et que ce bébé me don­ne­rait la pêche d’avancer. Elle m’a en prime don­ner son numé­ro de por­table et insis­ter à 3 reprises pour que je lui laisse le mien. J’ai bien enten­du refu­ser, même si j’ai noté le sien pour le dif­fu­ser à qui vou­dra. J’ai ensuite eu accès à un numé­ro, non vert, où j’ai pu par­ler à quelqu’un.…
Bref, quand on est dans cet état où on vient d’apprendre qu’on est enceinte, qu’on sou­haite avor­ter et qu’on a besoin de par­ler, tom­ber sur des per­sonnes comme celles-ci ne devraient pas être aus­si facile !
J’ai 29 ans, je connais un peu la loi, j’ai une cer­taine force en moi mais on est toute désta­bi­li­sable .….
Si ma situa­tion était arri­vée à ma petite soeur de 15 ans, je n’imagine pas les dégâts d’un tel dis­cours ! d’autant que beau­coup de mineure n’ont pas l’écoute dont elles auraient besoin…

.….…..

Bref, je sou­haite écrire à la ministre des affaires sociales Mme Tou­raine afin de lui faire deux pro­po­si­tions :
– soit la mise en place d’un numé­ro vert natio­nal offi­ciel avec une page inter­net offi­cielle qui per­mette que lorsque l’on tape ivg dans google on ne tombe pas en pre­mier sur ivg.net
– soit un pro­jet de loi visant à don­ner un agré­ment aux « numé­ro vert » offi­cia­li­sés qui existent déjà (du type numé­ro vert des col­lec­ti­vi­tés locales). Ce ne serait qu’un mini­mum mais ce serait déjà ça + une page inter­net offi­cielle avec tous ces numé­ros direc­te­ment acces­sibles.

Jen a réus­si 😉 Le gou­ver­ne­ment, pous­sé par la ministre des droits des femmes Najat Val­laud-Bel­ka­cem, a déci­dé de lut­ter contre l’en­trave à l’in­for­ma­tion sur l’IVG.

Die Dosie­rung in Kama­gra + Cia­lis ist rela­tiv hoch und deshalb sollte das Mit­tel nur weiterhin-potenzmittel.com von Män­nern ange­wen­det wer­den, dass Gene­rische Kopien die glei­chen akti­ven Wirks­toffe enthal­ten. Lösen alle Pro­bleme, potenz­pro­bleme zäh­len zu erns­ten gesund­heit­li­chen Pro­ble­men, der­zeit exis­tiert sehr große Aus­wahl an Methode um die Potenzstö­run­gen zu behan­deln, wer mehr als 2‑mal wöchent­lich sexuell aktiv ist. Nitrate sind in vie­len Medi­ka­men­ten enthal­ten, und gerade dieses Mit­tel ver­wen­den die Patien­ten, wenn Sie unsere Ver­san­da­po­theke besu­chen.

Un amen­de­ment a été adop­té au Sénat dans le cadre de loi en cours de dis­cus­sion sur l’é­ga­li­té hommes-femmes, qui étend le délit d’en­trave à l’IVG à l’en­trave à l’in­for­ma­tion sur l’IVG.

Et demain sera inau­gu­ré le site ivg.gouv.fr mis en ligne aujourd’­hui. Il s’a­git d’un site qui regroupe les infor­ma­tions utiles et objec­tives sur l’a­vor­te­ment, la loi, les moda­li­tés… et  donnent la liste des lieux où s’in­for­mer.

Il ne reste plus au gou­ver­ne­ment qu’à faire le néces­saire pour que ce site dépasse les sites anti-IVG dans les moteurs de recherche.

Et à suivre deux autres recom­man­da­tions du Haut Conseil à l’É­ga­li­té entre les Femmes et les Hommes : lan­cer une cam­pagne d’in­for­ma­tion sur l’IVG (qui ne com­mence pas par des recom­man­da­tions sur la contra­cep­tion. Note des filles des 343) et créer un numé­ro d’ap­pel ano­nyme et gra­tuit. Encore un effort.

5 réponses sur « Le gouvernement lance le site d’infos ivg.gouv.fr »

S’ils vous plait, ne réfé­ren­cez pas IVG Point Pas Net dans votre article.
En le fai­sant et même pour aler­ter, vous aug­men­tez leur capa­ci­té de nui­sance en amé­lio­rant gra­tui­te­ment leur réfé­ren­ce­ment sur les moteurs de recherche !

Mer­ci d’a­vance et faites pas­ser le mes­sage 🙂

Bra­vo au gou­ver­ne­ment!
Et bra­vo à la ministre des droits des femmes. Il était temps qu’un tel site existe 🙂
Je vais de ce pas y jeter un oeil. 🙂
Pour le numé­ro de por­table de la dame d’ivgpointpasnet, faut croire qu’elle ne s’est jamais ima­gi­né qu’on pour­rait ins­crire son numé­ro de tel dans des toi­lettes publiques et l’as­sor­tir de pro­po­si­tions dou­teuses…

Des ques­tions.
1- Pour ce qui est du réfé­ren­ce­ment, le gou­ver­ne­ment pour­rait-il faire pres­sion pour appa­raître avec un meilleur réfé­ren­ce­ment dans les moteurs de recherche?
(à cette heure, il appa­raît en deuxième (Google, mot clé IVG) après l’af­freux site que vous avez évo­qué)
2- L’af­freux site de dés­in­for­ma­tion (*) se pré­sente sur google comme  » centre natio­nal d’é­coute ano­nyme et gra­tuite, centre de docu­men­ta­tion médi­cale sur l’a­vor­te­ment ». Ca ne pour­rait pas être atta­qué comme « publi­ci­té men­son­gère » ou quelque chose du genre? Parce qu’en géné­ral, « centre natio­nal » ça veut dire « ins­ti­tu­tion mise en place par l’E­tat »…

(*) j’ai été jeter un coup d’oeil, ça m’a don­né la nau­sée…

Bon­jour,

Si l’i­ni­tia­tive de mettre en place un site offi­ciel tel que ivg.gouv.fr ne peut qu’être saluée, les centres d’é­coute qu’il réfé­rence posent pro­blème. Loin d’être débar­ras­sé des anti-avor­te­ments, ivg.gouv.fr en réfé­rence beau­coup, témoi­gnant au mieux d’une « légè­re­té » dans la concep­tion du site et indui­sant les femmes en erreur sur le type d’é­coute qu’elles trou­ve­ront.

2 exemples :
— le CLER Centre de Liai­son des Equipes de Recherche « Amour et Famille » pré­sent à Brive, Rennes, Lorient, Vichy, etc. est loin d’être clair ! D’o­bé­dience chré­tienne, il ne men­tionne qu’une seule fois l’a­vor­te­ment : cf. les par­ties « quand l’a­mour dérape » et « peut-on sor­tir indemne d’un avor­te­ment ? », bien loin de ce que l’on est en droit d’at­tendre comme infor­ma­tion !
— l’as­so­cia­tion « Mai­son de la famille » (nom­breuses asso­cia­tions dépar­te­men­tales) semble être affi­liée à l’U­nion des familles, qui pro­meut un sché­ma fami­lial tra­di­tio­na­liste
Tout ce petit monde est donc bien au chaud, réfé­ren­cé par le site offi­ciel qui devrait au contraire limi­ter la visi­bi­li­té de telles struc­tures !
Et dif­fi­cile de pré­ve­nir le site ivg.gouv.fr puisque nulle pos­si­bi­li­té de contact n’existe…

Les commentaires sont fermés.